J’ai effeuillé un champ de pâquerettes

Je suis tombée en amour. Alors oui ça peut paraître banal, dit comme ça. C’est toujours banal, sauf pour la personne qui en fait les frais (c’est-à-dire moi, dans ce cas-là).

Bon alors quand on tombe amoureux, il y a plusieurs étapes. La première chose à souligner est qu’on ne s’y attend pas. Je me suis éprise sans même y penser. On ne s’amourache pas de celui ou celle qui roule des mécaniques (je veux dire vraiment); non, on leur préfère quelqu’un sans prétention mais avec qui on se sent bien. Et là, BIM ! d’un coup on revient d’un voyage et on réalise que notre moitié nous a manqué. C’est ça, il faut partir un petit temps – pas forcément loin – pour s’en rendre compte.

De là c’est le pied : on passe des moments ensemble, on sort tard et on se marre. Puis bien vite on veut le/la présenter à nos proches : famille, amis viennent nous rendre visite. On leur a fait la liste des mérites mais la première impression reste importante. On espère que l’élu(e) leur plaira . Nous, on est déjà conquis de toute façon.
Ils repartent et la relation s’intensifie. Bientôt on a nos secrets, nos chansons préférées, nos endroits cachés. Notre rythme change légèrement : on partage désormais quelques jours de la semaine, les soirées du mercredi au samedi… et la gueule de bois du dimanche matin ! Mais on s’en fiche car on s’aime. Ah oui il y a ça aussi qui change : on se le dit et c’est nouveau. « Je t’aime, moi non plus », ce petit jeu-là. Entre nous il n’y a pas de jalousie, on peut aller voir ailleurs si j’y suis…

Article #14Un amour sain est celui qui vous fait grandir. Moi, avec elle j’ai tout compris. Mon amour s’appelle Madrid et c’est pour la vie !

Retourner à Madrid c’est rentrer à la maison. J’aime ses rues imparfaites, son soleil d’hiver et l’animation à toute heure. J’aime m’y promener et m’arrêter à n’importe quelle terrasse pour une sangria o un tinto de verano. J’aime ses tapas et ses nuits où l’on danse. J’aime que ça parle fort et les couleurs des robes des femmes dans le métro. J’aime passer par la Cuesta de Moyano avant de monter au Retiro : ses librairies bleu ciel me font penser à des polly pockets !

Article #14J’aime les botellóns improvisés et j’aime que ça parle toutes les langues. J’aime son street art et l’ambiance de chaque quartier. J’aime que Madrid soit petite et grande à la fois. J’aime le joueur de guitare derrière le Prado et j’aime le shopping jusqu’à 21 heures sur Gran Vía.
Mais surtout, j’aime finir par un coucher de soleil en el Círculo de Bellas Artes. Le ciel est rose derrière le Metrópolis, mon cœur respire et je trinque à la nuit madrilène qui se lève. Elle a enfilé ses beaux talons rouges et rien ne pourra l’arrêter.

Je suis tombée en amour. Sans savoir exactement quand, sans savoir exactement comment. À côté des autres capitales elle est loyale mais discrète. Elle a choisi de laisser le tape-à-l’œil aux autres & à mon cœur elle a cogné.

Article #14

:mrgreen: À lire aussi : Erasmus, 1 an après

Publicités

Une réflexion sur “J’ai effeuillé un champ de pâquerettes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s